le perce-oreilles

Accueil > et re-vrac > La ville d’après

La ville d’après

jeudi 10 novembre 2011

Trois foyers, dit centres d’hébergement d’urgence ou de réinsertion sociale. Trois ateliers menés pendant plusieurs mois avec leurs habitants. Pour chaque atelier, la réflexion autour d’expériences, de situations sociales et politiques présentes. Vivre sans papiers. Vivre sans logement. Être chômeur ou travailleur précaire. La description de trois dispositifs de contrôle et de gestion : les frontières tant intérieures qu’extérieures, l’hébergement social, l’insertion par le travail. La saisie des traits d’une gouvernementalité nouvelle : rendre invisible, faire attendre, faire circuler, impliquer, séparer, individualiser, etc. Une exploration de la ville. Comprendre comment un espace a priori commun se fractionne, se sépare à l’extrême dans les trajets qui mènent d’un foyer à un autre, d’un emploi à un autre, d’une préfecture à un pôle emploi, etc. Mais aussi saisir toutes les possibilités de retournement dans les histoires, les actes, les refus, les écarts, les pratiques, les usages, les mots, les luttes. Trois enquêtes. Trois documents sonores. Un « manuel pour les habitants des villes » d’aujourd’hui.

Voir en ligne : http://www.lavilledapres.org/