le perce-oreilles

Accueil > et re-vrac > Par Ouï-dire • La mémoire de Knud Viktor, pionnier du Field Recording

Par Ouï-dire • La mémoire de Knud Viktor, pionnier du Field Recording

samedi 21 septembre 2013

Thierry Genicot se lance sur les traces de Knud Viktor, un des pionniers du Field Recording, qui vient de nous quitter au mois d’août dernier. D’origine danoise, il vivait au Lubéron dans une bastide au sud d’Avignon, où il enregistrait depuis 1962 tous les bruits de la terre, des feuilles, des cailloux, la vie infinitésimale : "Dans une pomme, il y a un ver qui gratte, déclarait-il à FR3 Marseille en 1979, et on entend le jus de la pomme et on a l’impression que le ver se régale." Jeune peintre et photographe, il était venu dans le Sud, attiré par la couleur, avant de remplacer celle-ci dans sa pratique artistique par des concrétions de bruits, qu’il disait "cueillir" pour en faire des "peintures sonores". Ce pionnier du Field Recording (un genre épanoui dans les années 70 et popularisé entre autres par Pink Floyd) avait, contrairement à ses pairs de la musique concrète tel Pierre Schaeffer, moins le souci de recomposer et déformer ce que l’oreille entend que de faire surgir des univers inouïs, "l’araignée qui tisse, l’escargot qui marche".

Voir en ligne : http://www.rtbf.be/lapremiere/emiss...