le perce-oreilles

Accueil > et re-vrac > Sur les docks • Clairvaux, la voix des longues peines – Instants (...)

Sur les docks • Clairvaux, la voix des longues peines – Instants limites

mardi 19 novembre 2013

Au XVIIIe siècle, l’ancienne abbaye cistercienne de Clairvaux (Aube) devient la plus grande prison de France. Aujourd’hui encore des détenus y purgent de longues peines. A Clairvaux, le drame n’est pas tant celui des maisons d’arrêt surpeuplées et insalubres que celui du temps et de la solitude. Un temps qui paraît infini dans la répétition des jours, un temps qu’il est très difficile d’investir, un temps sans futur, ou presque. En 2004, Anne-Marie Sallé a l’idée de faire participer les détenus à la création d’une œuvre musicale. Elle anime un atelier d’écriture depuis six ans avec des détenus volontaires, en collaboration avec un compositeur invité. Les textes sont le matériau d’une création musicale qui est jouée en public dans l’ancienne abbaye lors du festival « Ombres et Lumières ». La rencontre avec cette directrice artistique et les artistes intervenants recrée le lien avec le monde extérieur que l’enfermement a rompu. Ils témoignent de la dureté de la vie carcérale : « C’est une vie qui ne nous touche plus ». L’écriture et la parole deviennent des outils pour affronter la longue peine et concevoir des projets. « Ici la chute est dure, mais il est plus facile de rester noyé que de nager à la surface. »

Voir en ligne : http://www.franceculture.fr/emissio...